Ressourcerie

Je m’étais juré de ne plus jamais faire de liste de liens. Pour au moins deux raisons : jamais tenue à jour / liens morts pour défaut d’entretien. Et des liens morts, ça fait moche. Un peu comme des déchets.

Oui, mais voilà… je dois reconnaître me gaver d’informations en ce moment. Et certains sites me paraissent être des fondamentaux, au moins s’agissant de combler tout ce que je ne dirais pas, considérant que cela est suffisamment exposé ailleurs (et certainement mieux). Pour découvrir des expériences, des univers, des modes de vie, pourquoi pas également pour donner envie de se lancer en découvrant qu’il y a du possible même si cela paraît de prime abord dérisoire, voire illusoire.

Ici aussi, cet espace est un W.I.P, il sera mis à jour (c’est une promesse -au moins que je me fais) aussi régulièrement que possible, à mesure où je découvre de nouveaux espaces inspirants.

  • Fondamentaux

Des références dont on parle beaucoup, presque immanquables sur la toile dès qu’on tape l’entrée Zero Waste. Si j’ai parcouru les blogs avec intérêt et forte curiosité, je dois admettre qu’il s’agit là de modes de vie absolutistes pouvant décourager quant à nos propres objectifs.

www.zerowastehome.com

Since embarking on the Zero Waste lifestyle, our lives have changed for the better: We feel happier and lead more meaningful lives, based on experiences instead of stuff. My goal is to share its incredible health, financial and time saving benefits!

Béa Johnson

www.trashisfortossers.com

There were two moments that brought me to a trash-free, waste-free lifestyle:

The first was my senior year of college when my professor Jeffrey Hollender, of Seventh Generation fame, emphasized the importance living your values and made me think about my own personal environmental impact.

The second was when a fellow environmental studies major would bring lunch to class every week in a single use plastic bag, a disposable water bottle, and a plastic takeout container. I would sit there and think, we are supposed to be the future of this planet and here we are with our trash, messing it up.

Lauren Singer

Ces deux blogs sont passionnants à lire du fait de l’application avec laquelle ils essayent de retranscrire précisément leur expérience. J’ai une préférence pour le second, justement pour cette introspection et cette recherche de sens.

Néanmoins… il faut admettre que s’appuyer sur ces deux expériences seules pour soi-même se lancer dans le jeu, c’est assez décourageant. C’est tellement foisonnant qu’on sait encore moins par quoi commencer, ou bien, pire encore tout embrasser en même temps, en dépit même des efforts faits par ces blogs pour rationaliser la démarche, proposer des solutions qui semblent être accessibles et même partager une méthode, laquelle ressemble à leur progression.

Or, je pense qu’en la matière, il est difficile d’appliquer la méthode d’un autre. On peut s’en inspirer, en tirer des enseignements, mais on ne peut parfaitement singer une démarche en espérant incarner aussi bien cette démarche. Le mimétisme a ses limites, et elles résident souvent dans la volonté de faire durer. Il est assez fatiguant de vouloir imiter sur le long terme.

Pour autant, je pense qu’il faut s’intéresser à ces deux blogs pour découvrir ce qu’il est possible d’atteindre quand on pousse l’action au plus loin : 1 bocal d’un litre environ de déchets non recyclables, non réutilisables, non compostables, par an.

Ouvrir le bocal...Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someone

Remplissez le bocal d'un commentaire