Oh, dites, nous sommes en mai ?

Loutre

Ce bébé loutre est un habile détournement d’attention. Oui, j’ai été absente. Mais il est trop mignon non ? 😀

Nous sommes donc en mai 2016. Mon dernier article remonte au 1er décembre 2015 et titrait « Pourquoi j’en encore envie d’y croire ». Le gap évident entre l’énoncé et la réalité peut surprendre. Pour autant, j’ai des explications à fournir, si tant est qu’il en faille, mais je ne me vois pas revenir la bouche en coeur sur cet espace sans en fournir un peu.

Non, je n’ai pas abandonné l’idée de diminuer mes déchets, diminuer ma consommation globale, améliorer ma satisfaction générale par plus d’expériences et moins d’accumulation, de changer mon horizon personnel quant au choix d’une vie plus simple, plus orientée sur ce qui est et moins sur ce qu’on possède.

J’ai cependant été confrontée à quelques ralentissements dans ma progression. Non, ce n’est toujours pas un abandon. Outre l’article précité de décembre, je l’annonçais déjà il y a plus d’un an dans un article marquant un certain ralentissement après les premiers émois de la découverte qui donne souvent l’impression d’une hyperactivité créatrice alors qu’il s’agit plus justement de l’aboutissement d’un travail préparatoire boulimique qui trouve enfin à s’exposer. Maintenir le train à régime élevé, c’est rarement envisageable.

Premier ralentissement qui va probablement être assez durable : la petite famille va s’agrandir. Participant à l’élan d’optimisme après les atrocités de novembre 2015, nous avons appris la bonne nouvelle. Désiré, ce second marmot m’a néanmoins mis K-O les trois premiers de décembre à presque mars. Un peu plus de trois mois de cohabitation intime avec ma bassine. Conséquemment… j’ai eu aussi peu d’envie que d’énergie à consacrer à ce blog.

En plus de cela, le papa et moi venons de convoler. Hopla. On dévoile tout ! La nouvelle de la naissance prochaine a réduit le délai de préparation des festivités… ne souhaitant pas réellement être prête à accoucher pour passer la cor… l’anneau au doigt de mon cher et tendre. La préparation en amont de l’événement, avec une tête régulièrement dans la bassine, et un bouchon n°1 de deux ans très actif… bref, vous aurez compris.

L’envie cependant me reprend d’écrire et de divaguer sur quelques sujets concernant la « mode » zéro déchet, les questionnements auxquels je suis confrontée (en rapport notamment à la perspective d’être une nouvelle fois jeune maman ou d’être installée dans un cadre qui, désormais, semble mieux défini) que cela soit à la suite d’expériences personnelles ou de lectures plus ou moins instructives.

Sooooo… keep in touch ! On ne sait jamais, il y aura peut-être une petite bulle de blabla qui vous intéressera ou vous questionnera dans mon bocal. Auquel cas… libre à vous de prendre la plume ! (ou le clavier).

Ouvrir le bocal...Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someone

3 réflexions sur “Oh, dites, nous sommes en mai ?

Remplissez le bocal d'un commentaire