Petit bilan salle de bain : la douche

Je sais, je sais. J’avais annoncé que la cuisine devait être mon chantier premier, mais j’ai assez rapidement constaté une chose : ça prend beaucoup plus de temps de changer ses habitudes dans cet espace que dans celui de la salle de bain. Non pas tant le fait de modifier certaines sales habitudes alimentaires que celui de mettre en place le compost quand on est une jeune maman en appartement. Déjà qu’il ouvre les poubelles classiques…

Bref ! La cuisine, c’est un W.I.P (work in progress) qui consiste surtout à maintenir la tendance vers le moins et le mieux. Lentement, mais sûrement.

La salle de bain donc !

Je vais essayer de faire assez bref parce que j’ai abordé plusieurs fois le sujet. Voilà où nous en sommes :

wpid-wp-1439409712030.jpeg

savon d’alep adopté, chez Alepia. On ne réfléchit plus, sinon à l’achat d’une boîte de transport. De l’huile d’olive, de l’huile de baie de laurier (en plus ou moins grande concentration selon ce qui est recherché), et de l’eau. Epicétou. Un constat : il y a plus de dépôt dans la douche. Preuve s’il en est que nos classiques savons liquides ne sont bien que de la flotte et de la chimie en bouteille… (PS : merci VentePrivée pour tes bonnes affaires ! )

shampoing solide Lamazuna adopté. Il dure assez longtemps (puisque j’ai commencé à l’utiliser en solo il y a 4 mois, cela diminuera probablement en raison de l’utilisation par monsieur). Il faut juste que je prenne la peine de faire un stock qui tourne. Un constat : j’ai gagné une journée, sinon deux sans shampoing, alors que j’en faisais un tous les deux jours auparavant. Essentiellement des tensioactifs d’origines naturels (issus de l’huile de coco), du rhassoul, de l’argile verte, huile essentielle

savon Gaiia surgras L’unique adopté pour le p’tiot. Ainsi que pour une toilette plus personnelle (n’en demandez pas plus !). Les composants sont également dénués de toute pétrochimie cracra. Un constat : la peau du bout de chou est toujours aussi douce, ne présente aucune irritation… il faut seulement faire attention au rinçage. Comme quand j’étais petite. Parce que le savon, le vrai, ça pique un peu les yeux.

Bilan du côté de la douche ? Chute vertigineuse des déchets non recyclables (ou compostables), les savons étant emballés dans du carton. Plus de bouteilles plastiques ou de recharges plastiques (même si je dois encore en faire disparaître quelques unes pour le savon à main, ce qui prendra du temps, parce que j’adore utiliser L’Unique). Et des douches vraiment agréables même s’il n’y a plus tous les parfums de synthèse qui avaient leur attrait (mais qui aujourd’hui ne sont plus suffisant pour me faire les préférer).
Un constat : je n’ai plus de démangeaisons du cuir chevelu, ou de la peau, et je ne sors plus de la douche avec des plaques rouges allant de la base du cou à la racine de mes cheveux en passant par mon visage.
Un bonus : nos rejets dans l’eau, via la douche, sont beaucoup moins agressifs. Ce ne sont que 2 douches quotidiennes et 1 bain tous les deux jours, mais c’est toujours cela en moins. À l’instar du colibris, il n’y a pas de petite participation.

Les plus attentifs auront remarqué deux autres produits sur la photo (le troisième étant un vil shampoing solide emballé dans du plastique qui me sert juste de transition au cas où je viendrai à manquer de l’autre) : une boîte Caliquo et une boîte de la Savonnerie Cancalaise.

Le dernier est un savon fait à froid à Cancale, comme son nom l’indique, que je suis en train d’expérimenter. Mes premiers contacts se sont révélés plutôt doux, ce qui n’est pas pour me déplaire.

Le premier… fera l’objet d’un peu plus d’approfondissements, plus tard. *teasing*

Et vous ? Comment vous douchez-vous ?

Ouvrir le bocal...Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Google+
Google+
Email to someone
email

4 réflexions sur “Petit bilan salle de bain : la douche

  1. perso je suis une ville consommatrice trop atachée à mes gels douches. même si ton savon d’alep me tente bien! Boris par contre, teste depuis plusieurs mois les shampoings naturels. Il a commence avec de l’oeuf (pour la saponine) et du bicarbonate alimentaire, et là il va tester du miel et il cherches encore un autre moyen de faire de la saponine. Bilan : il a beaucoup moins besoin de se laver les cheveux! Ils sont très nourris et font beaucoup moins de sebum. Pour les démêler (il a les cheveux longs), il trouve ça aussi plus facile. Par contre, pour pouvoir s’y mettre il faut passer par une phase : ne pas se les laver pendant 1 mois, pour faire une sorte de couche de sebum naturelle (pas tout compris) ce que je ne suis pas prête à faire 😡 (surtout que je transpire tellement des cheveux qu’au bout de 3 jours ça me gratte trop) 😡
    Bon et pour le coup, on fait difficilement plus naturel…

    1. J’envisageais de faire une petite note renvoyant sur différentes expériences de « No poo ». Perso, je ne suis pas vraiment emballée par la phase première dont tu parles. Bon… peut-être au prochain gamin, j’aurais moins le temps de me faire un shampoing !!! 😀

      Laisse-toi tenter par la force du savon d’Alep. Laiiiiisse-toi tenter.

  2. Euh perso je me lave les cheveux tous les dimanches avec un mélange oeuf + miel +shikakai + HE/HV (je laisse poser 1h mini en fait, puis je rince), et j’ai jamais laissé de phase comme tu dis Zug’… Et mes pwals de tete se portent très bien (en même temps, c’est les seuls protéines qu’ils ont vu que je mange pas de viande et que je zappe de compenser).

    Sinon, je me suis fait la réfléxion en te lisant Miss Adèle, qu’en fait, meme si j’utilise des produits bio et sains, mes savons restent en bouteilles 😮
    Mais vu qu’un flacon me dure minimum 2 mois… et que j’ai fait un stock (moi aussi je remercie ventes-privées) de quelques 6 bouteilles… Je vais devoir attendre.

    Ah, après avoir fini d’utiliser mon liquide vaisselle fait maison, je peux te dire que je préfère l’industriel : il ne nettoie pas très bien je trouve. Par contre, je l’ai acheté à biocoop, lequel est rechargeable en ramenant son flacon. Du coup, je verrai ça quand je l’aurai fini !

  3. Bon, et bien, je n’ai plus qu’à mettre mon bonnet d’âne alors … je reste très attachée à mes produits et surtout à la forme liquide (oui, j’aime quand ça glisse sur mon corps :p) … je fais attention à ce qu’il y a dedans, mais j’avoue me soucier peu de l’emballage … peut être un travail à faire de ce côté là, mais la peur de la mauvaise surprise me laisse hésitante. Je ne suis pas du genre à passer un temps fou dans la salle de bain, alors connaitre ses produits c’es aussi l’assurance que ça va aller vite.

Remplissez le bocal d'un commentaire